Lifestyle

Randonnée avec bébé – Les étangs du Carlit

11 juillet 2019

Un peu de nouveauté par ici, j’aime écrire, j’aime ces articles récit que je relis souvent et j’adore vous partager des morceaux de vie, … Nous avons décidé de vous faire partager nos randonnées, de vous faire découvrir notre chez nous qu’on aime tant, nos montagnes adorées des Pyrénées Orientales. Je dis nous puisque Sylvain est de la partie et que la plupart du temps nous serons en famille.

Les étangs du Carlit

Mercredi 10 Juillet 2019, notre première vraie randonnée de l’été. Cette fois, nous sommes tous les trois, Sylvain, Inès et mois. Nous nous rendons en voiture jusqu’au parking du site classé des Bouillouses afin de prendre la navette pour monter jusqu’au barrage (la circulation est réglementée pour la saison estivale, vous trouverez plus de renseignement ICI). Il existe plusieurs circuits partant du même point, la grande boucle 12 étangs, la petite boucle des 9 étangs, et la Pic Carlit (2921m, plus haut sommet des Pyrénées-Orientales!), un sommet que je rêve de gravir, l’été prochain peut-être… Nous avions déjà décidé de faire la grande boucle des 12 étangs du Carlit, la météo est clémente et nous avons la journée devant nous !

Les 12 étangs du Carlit : Lac des Bouillouses, étang Nègre, étang de la Coumasse, étang Sec, étang Llat, étang Llong, étang Bailleul, étang Sobirans, étang Trebens, étang Castella, étang des Dougnes, étang du Vivèes.

Nous commençons la randonnée, Sylvain porte Inès et moi notre sac, il faut monter, le sentier se forme au milieu des blocs de roches, il faut parfois s’aider des mains, mais rien de dramatique, s’est d’ailleurs dans cette partie là, la plus abrupte, qu’Inès s’est endormie. La montée continue, nous savons qu’en montagne, plus nous montons en altitude plus les paysages sont à couper le souffle. La première montée dure environ 30 minutes et le premier étang se laisse deviner sur la gauche, le Nègre.

Le Grand Péric au loin

La randonnée se poursuit, nous découvrons sans encombre le Coumasse et le Sec, de quoi en prendre plein les yeux sans trop d’efforts. Pour la suite, il faut grimper, une montée nous attend et c’est là que je commence a dire « c’est la dernière montée » ? En se retournant, nous apercevons en contre-bas la Llat et le Llong.

La Coumasse et le Sec

Un Cairn

Nous apercevons des chevaux, aux abords du Bailleul, il ne m’en faut pas plus pour m’attendrir, j’adore voir des animaux en montagne ! A ce moment là Inès se réveille, elle est contente, on lui chante des petites chansons tout en continuant, notre objectif et de manger une fois toute la montée faite. Encore un peu d’efforts…

Le Llong et le Llat

Cette dernière montée est essoufflante, surtout quand la faim se fait ressentir mais nous arrivons au plus haut point de la boucle, reste à trouver un endroit pour pique niquer et se poser un peu. C’est au bord du Sobirans que nous posons nos affaires. MIAM !

Tendre tétée au milieu des montages

Nous nous posons bien 1h, le temps de se dégourdir les jambes, de boire, de manger, d’admirer le paysage, de profiter et de rigoler aussi. Inès est contente, un papa, une maman, de l’herbe, un sein, que demander de plus ? Nous échangeons nos chargements, je prends Inès et Sylvain prend notre sac, nous repartons, en sachant qu’il n’y aura plus de montée, il faut tout de même regarder où on met les pieds en descente !

Les prochains étangs se devinent très rapidement, le Trebens, le Castella, le Dougnes, nous faisons une descente rapide dans les cailloux. Le paysage est magnifique, c’est fou de voir le contraste entre les différents étangs, depuis la forêt jusqu’à la haute montagne. Nous croisons bientôt d’autres chevaux et peu à peu Inès s’endort.

Le Pic Carlit

Derrière nous s’éloigne le Pic Carlit, nous arrivons au dernier étang, le Vive, nous rejoignons le sentier de départ, les rochers et peu à peu la civilisation. La descente n’est pas compliquée mais il faut rester vigilant, faire attention de ne pas glisser et ne pas hésiter à s’aider avec les mains.

Nous voilà arrivés au lac des Bouillouses, notre bébénou se réveille, nous avons marché pendant 3h30 environ, hors pauses. Cette randonnée est accessible au plus grand nombre, il est possible de s’arrêter aux premiers étangs pour une petite randonnée en famille ou de gravir le Pic Carlit pour les plus aventureux. Ce site offre une multitude d’itinéraires possibles et attire beaucoup de monde en saison ! Nous avons adoré cette première randonnée et avons déjà hâte de la prochaine. La montagne avec un bébé c’est possible et c’est même super chouette, nous avons hâte de lui raconter tout cela plus tard.

Mon porte bébé P4 Linglingdamour que j’adore

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply